fbpx

Interview du Directeur

Quelle est votre définition d’un l’élève-ingénieur responsable ?

L’ingénieur de demain est une femme ou un homme solidaire, innovant, entreprenant et ayant intégré l’approche développement durable. L’environnement de l’entreprise est fluctuant et incertain, l’ingénieur doit être capable d’appréhender des problèmes complexes, de collaborer en synergie avec des acteurs aux compétences complémentaires. Aussi de manager en tenant compte la diversité culturelle et la dimension internationale du monde du travail.

Quelle est la pédagogie adoptée pour réussir cette mission ?

L’école doit privilégier une approche par compétences, la formation doit être conçue en replaçant l’élève-ingénieur au cœur de l’activité pédagogique. En s’appuyant sur les différentes possibilités du numérique comme supports, il s’agit de mettre en place une pédagogie active et collaborative, mettant l’élève-ingénieur en situation pour le rendre acteur de sa formation et développer chez lui l’esprit critique et le goût d’agir et d’entreprendre.

Quelle est l’approche d’Yncréa Maroc afin de préserver l’excellence et tisser une relation durable avec le monde de l’entreprise ?

L’école doit anticiper les besoins et accompagner les entreprises dans leur développement et leurs projets de plus en plus complexes. Son rôle est de former des ingénieurs adaptables et ouverts d’esprit, capables d’appréhender les réalités de l’entreprise dans sa globalité. Pour ce faire, l’école ambitionne de tisser une relation durable avec l’entreprise et d’en faire un partenaire essentiel de la formation. L’école doit également avoir un ancrage local, en cohérence avec le territoire (tissu industriel local, bassin d’emploi) tout en ayant une vision globale, nationale et internationale du marché du travail.

Concrètement comment se fait l’association élève-ingénieur et entreprise ?

La relation avec les entreprises doit s’inscrire dans un cadre de collaboration étroite. Il faut permettre non seulement la participation des acteurs du monde professionnel dans des activités pédagogiques mais aussi la possibilité à l’élève-ingénieur de se confronter au milieu de l’entreprise et de s’affirmer sur le terrain à travers de nombreux stages.

Il faut favoriser également la vie associative permettant aux élèves-ingénieurs de s’épanouir, de développer l’esprit d’initiative et le sens des responsabilités.

Pour résumer, comment définissez-vous le rôle d’Yncréa Maroc ?

Le rôle d’une école est de susciter des vocations et un réel intérêt pour les métiers d’ingénieur. En somme, elle doit révéler des talents. Il faut mettre en place des apprentissages individualisés et des tutorats d’accompagnement pour permettre à chacun de développer ses compétences en respectant ses particularités. L’école doit être un lieu pour construire son projet professionnel et son projet de vie.

L’école Yncréa Maroc

Mr Thomas IDOUX

Directeur Yncréa Maroc

Ingénieur diplômé de HEI Lille.

Mot du directeur

Interview du Directeur

Quelle est votre définition d’un l’élève-ingénieur responsable ?

C’est une jeune femme ou un jeune homme de son temps qui a les préoccupations de sa génération, notamment sur le réchauffement climatique, l’innovation dans les nouvelles sources d’énergie, le développement durable et la solidarité.

Ce qui le singularise est qu’il va être un acteur majeur des transformations qui vont affecter notre humanité et la transition écologique qui va en être la colonne vertébrale.

Son rôle va être éminent car il sera au cœur des évolutions techniques et scientifiques qui contribueront à relever ces enjeux sociétaux et environnementaux.

Un élève – ingénieur est donc convaincu que ses études, et le diplôme qui conclut cette formation, sera un rempart contre les crises à venir mais aussi un socle solide pour construire une société plus équilibrée, plus protectrice sans sacrifier la notion de progrès et le développement de techniques mieux maîtrisées.

Pour faire face à ce défi, il devra résoudre des problèmes complexes en s’appuyant sur ses connaissances mais aussi sur une équipe aux compétences complémentaires, parfois multiculturelles et dans un univers aux activités de plus en plus mondialisées.

Dans ce cadre, il lui faudra manager, entraîner et motiver les personnes qu’il (elle) dirigera en sachant se montrer exemplaire, impliqué dans les relations sociales et soucieux du facteur humain.

Un(e) élève – ingénieur, c’est finalement un « chevalier des temps modernes ».

Quelle est la pédagogie adoptée pour réussir cette mission ?

L’épidémie de CORONAVIRUS a complètement bouleversé notre façon de vivre et d’enseigner et ce changement a été planétaire.

Et il a fallu que notre école trouve les ressources nécessaires pour assurer la continuité pédagogique dans un environnement dégradé. Nos professeurs et son administration ont su faire preuve d’une grande capacité d’adaptation pour proposer très vite des cours en distanciel et en présentiel (en respectant les règles sanitaires) sans que la qualité des ateliers ne soient altérés.

Retrouvant, depuis peu, un mode de fonctionnement presque nominal (avec des jauges maximales de présent(e)s en classe), nous avons récupéré notre ADN en privilégiant les modules inter – actifs, la réflexion, l’esprit critique et en maintenant le soutien et l’accompagnement pour celles et ceux qui en avaient besoin sans sacrifier à notre degré d’exigence.

Il me semble nécessaire d’indiquer que notre approche est pragmatique. Elle s’appuie sur un triptyque « savoir, savoir-faire, savoir-être » et vise à ce que nos étudiants soient employables le plus rapidement possible dans le monde du travail.

Pour ce faire, nous prenons en compte les souhaits exprimés par les entreprises, qui peuvent être appelées à participer à l’élaboration de certaines unités d’enseignement. Et nous concentrons nos efforts sur une pédagogie qui marie la maîtrise des sciences de l’ingénieur orientée vers la technique et les humanités qui regroupent des modules comme la Communication écrite et verbale, le management, la connaissance de soi, les langues…

Notre objectif est que nos élèves deviennent des hommes et des femmes « complets », équilibrés et épanouis dans leurs expertises professionnelles et personnelles.

Quelle est l’approche d’Yncréa Maroc afin de préserver l’excellence et tisser une relation durable avec le monde de l’entreprise ?

Comme indiqué dans les réponses précédentes, nous sommes très attachés à entretenir et développer nos liens avec le monde de l’entreprise.

Nous portons ainsi de nombreux projets, en autonomie ou co-construits avec des sociétés ou diverses structures économiques.

Il existe aussi des conférences, faîtes par des ingénieurs en activité, ou des cadres occupant des fonctions importantes dans l’industrie ou le commerce et qui viennent ainsi témoigner et partager leurs expériences, leurs parcours avec nos étudiants. Ces retours sont toujours intéressants et riches d’enseignement pour notre jeune auditoire.

Enfin, quand les conditions sont réunies, nous organisons aussi des visites d’exploitation, collectivités ou groupes. Notre Service Relation entreprises, partie prenante dans cette action, travaille aussi dans l’élaboration de partenariats, conventions, avec des interlocuteurs locaux, implantés sur le territoire et occupant une place importante dans le bassin d’emplois.

Ces démarches sont bien entendues el lien avec les domaines de spécialisations dispensés au sein d’YNCREA MAROC.

Concrètement comment se fait l’association élève-ingénieur et entreprise ?

Toujours dans le droit-fil des commentaires précédents, nos élèves sont donc régulièrement confrontés aux réalités professionnelles par les biais des stages, conférences, visites, projets.

La vie associative, très présente dans notre école, est également un axe très important dans la vie de nos étudiants.

Elle favorise l’intégration, la découverte de soi, de ses camarades, la solidarité, l’ingéniosité, la prise de décision et donne même à certain(e)s l’occasion de prendre des responsabilités dans la conception d’évènements.

Pour résumer, comment définissez-vous le rôle d’Yncréa Maroc ?

Le rôle d’une école est de susciter des vocations et un réel intérêt pour les métiers d’ingénieur. En somme, elle doit révéler des talents. Il faut mettre en place des apprentissages individualisés et des tutorats d’accompagnement pour permettre à chacun de développer ses compétences en respectant ses particularités. L’école doit être un lieu pour construire son projet professionnel et son projet de vie.

Jean-Marc FONTUGNE

    Directeur d’Yncréa Maroc et Référent défense Junia, 25 ans d’expérience dans le domaine des          Ressources Humaines dont 8 ans d’expérience à HEI Lille.

Interview avec le Directeur Yncréa Maroc

Quelle est votre définition d’un l’élève-ingénieur responsable ?

C’est une jeune femme ou un jeune homme de son temps qui a les préoccupations de sa génération, notamment sur le réchauffement climatique, l’innovation dans les nouvelles sources d’énergie, le développement durable et la solidarité.

Ce qui le singularise est qu’il va être un acteur majeur des transformations qui vont affecter notre humanité et la transition écologique qui va en être la colonne vertébrale.

Son rôle va être éminent car il sera au cœur des évolutions techniques et scientifiques qui contribueront à relever ces enjeux sociétaux et environnementaux.

Un élève – ingénieur est donc convaincu que ses études, et le diplôme qui conclut cette formation, sera un rempart contre les crises à venir mais aussi un socle solide pour construire une société plus équilibrée, plus protectrice sans sacrifier la notion de progrès et le développement de techniques mieux maîtrisées.

Pour faire face à ce défi, il devra résoudre des problèmes complexes en s’appuyant sur ses connaissances mais aussi sur une équipe aux compétences complémentaires, parfois multiculturelles et dans un univers aux activités de plus en plus mondialisées.

Dans ce cadre, il lui faudra manager, entraîner et motiver les personnes qu’il (elle) dirigera en sachant se montrer exemplaire, impliqué dans les relations sociales et soucieux du facteur humain.

Un(e) élève – ingénieur, c’est finalement un « chevalier des temps modernes ».

Quelle est la pédagogie adoptée pour réussir cette mission ?

L’épidémie de CORONAVIRUS a complètement bouleversé notre façon de vivre et d’enseigner et ce changement a été planétaire.

Et il a fallu que notre école trouve les ressources nécessaires pour assurer la continuité pédagogique dans un environnement dégradé. Nos professeurs et son administration ont su faire preuve d’une grande capacité d’adaptation pour proposer très vite des cours en distanciel et en présentiel (en respectant les règles sanitaires) sans que la qualité des ateliers ne soient altérés.

Retrouvant, depuis peu, un mode de fonctionnement presque nominal (avec des jauges maximales de présent(e)s en classe), nous avons récupéré notre ADN en privilégiant les modules inter – actifs, la réflexion, l’esprit critique et en maintenant le soutien et l’accompagnement pour celles et ceux qui en avaient besoin sans sacrifier à notre degré d’exigence.

Il me semble nécessaire d’indiquer que notre approche est pragmatique. Elle s’appuie sur un triptyque « savoir, savoir-faire, savoir-être » et vise à ce que nos étudiants soient employables le plus rapidement possible dans le monde du travail.

Pour ce faire, nous prenons en compte les souhaits exprimés par les entreprises, qui peuvent être appelées à participer à l’élaboration de certaines unités d’enseignement. Et nous concentrons nos efforts sur une pédagogie qui marie la maîtrise des sciences de l’ingénieur orientée vers la technique et les humanités qui regroupent des modules comme la Communication écrite et verbale, le management, la connaissance de soi, les langues…

Notre objectif est que nos élèves deviennent des hommes et des femmes « complets », équilibrés et épanouis dans leurs expertises professionnelles et personnelles.

Quelle est l’approche d’Yncréa Maroc afin de préserver l’excellence et tisser une relation durable avec le monde de l’entreprise ?

Comme indiqué dans les réponses précédentes, nous sommes très attachés à entretenir et développer nos liens avec le monde de l’entreprise.

Nous portons ainsi de nombreux projets, en autonomie ou co-construits avec des sociétés ou diverses structures économiques.

Il existe aussi des conférences, faîtes par des ingénieurs en activité, ou des cadres occupant des fonctions importantes dans l’industrie ou le commerce et qui viennent ainsi témoigner et partager leurs expériences, leurs parcours avec nos étudiants. Ces retours sont toujours intéressants et riches d’enseignement pour notre jeune auditoire.

Enfin, quand les conditions sont réunies, nous organisons aussi des visites d’exploitation, collectivités ou groupes. Notre Service Relation entreprises, partie prenante dans cette action, travaille aussi dans l’élaboration de partenariats, conventions, avec des interlocuteurs locaux, implantés sur le territoire et occupant une place importante dans le bassin d’emplois.

Ces démarches sont bien entendues el lien avec les domaines de spécialisations dispensés au sein d’YNCREA MAROC.

Concrètement comment se fait l’association élève-ingénieur et entreprise ?

Toujours dans le droit-fil des commentaires précédents, nos élèves sont donc régulièrement confrontés aux réalités professionnelles par les biais des stages, conférences, visites, projets.

La vie associative, très présente dans notre école, est également un axe très important dans la vie de nos étudiants.

Elle favorise l’intégration, la découverte de soi, de ses camarades, la solidarité, l’ingéniosité, la prise de décision et donne même à certain(e)s l’occasion de prendre des responsabilités dans la conception d’évènements.

Pour résumer, comment définissez-vous le rôle d’Yncréa Maroc ?

Le rôle d’une école est de susciter des vocations et un réel intérêt pour les métiers d’ingénieur. En somme, elle doit révéler des talents. Il faut mettre en place des apprentissages individualisés et des tutorats d’accompagnement pour permettre à chacun de développer ses compétences en respectant ses particularités. L’école doit être un lieu pour construire son projet professionnel et son projet de vie.

Jean-Marc FONTUGNE

    Directeur d’Yncréa Maroc et Référent défense Junia, 25 ans d’expérience dans le domaine des          Ressources Humaines dont 8 ans d’expérience à HEI Lille.

capgemini capgemini
CGI CGI
Thales Thales
castorama castorama
Fayat Fayat
Sopra Steria Sopra Steria
Air France Air France
bonduelle bonduelle
bouygues bouygues
colas colas
Eiffage énergie Eiffage énergie
Eiffage Construction Eiffage Construction
Leon Grosse Leon Grosse
Crédit Agricole Crédit Agricole
ffb ffb
ovh ovh
sylvagreg sylvagreg
Rabot Dutilleul Rabot Dutilleul
RTE RTE
SERCE SERCE
sopra sopra
syntec syntec
Vinci Energie Vinci Energie
Vinci Construction Vinci Construction
technord technord
cgem cgem